samedi 18 mai 2024

Rouge brique, la couleur de Midi-Pyrénées et "24 Heures, Photo"

 Comme vous le savez, nous sommes "en vacances" à Toulouse et,  malgré la météo assez capricieuse, nous rayonnons autour de la métropole. L'occasion de profiter de l'architecture en brique foraine de notre région. Un matériau qui commença à être utilisé au XIe siècle, en remplacement du bois trop inflammable. Il était peu cher, fabriqué grâce à de l'argile mélangée avec de l'eau et du sable. La Garonne et le Tarn fournissaient ces trois éléments en abondance. La brique pouvait être utilisée crue ou  être cuite dans les immenses fours des briqueteries. On parle alors de brique foraine.

  Voici quelques photos pour rendre hommage à  notre belle brique. Toutes prises les dix derniers jours.


Montauban, place Nationale.



L'abbaye Saint-Michel de Gaillac, au bord du Tarn, ainsi que l'église abbatiale. Le pont voisin est aussi en briques.



                   


L'Hôtel de ville de Saverdun (Ariège) en brique et pierre.

Les maisons des particuliers utilisent aussi les galets mêlés à la brique. Ici à Saverdun.



Sans oublier bien sûr les briques de Toulouse, la Ville Rose. Ici le Donjon et le Capitole.


La brique est si présente en Midi-Pyrénées qu'elle est devenue une spécialité gourmande.


Pour ma participation au challenge de Patricia, une photo prise dans la semaine écoulée, j'ai choisi le bouquet acheté cette semaine. Vous vous souvenez que je n'ai eu aucun succès avec mes tentatives pour faire pousser des pivoines en Grèce. Alors je n'ai pas pu résister à celles-ci, accompagnées de quelques roses.




samedi 11 mai 2024

En Occitanie et "24 Heures, Photo"

 Me voilà en terre occitane jusqu'à l'été. La première semaine a été plutôt grise et mouillée mais la météo ne nous pas empêchés de faire quelques balades autour de Toulouse. La première a été toute proche, pour le joli village de Portet-sur-Garonne. On trouve des mentions de ce village à compter du Xe siècle. Il s'appelait alors Portellum (petit port, en latin), à cause de la présence d'un passage à gué sur la Garonne. Ce n'est qu'en 1921 que le village prendra son nom actuel.
Le village compte environ 10 000 habitants et le canton 52 000. Portet-sur-Garonne est à 15 km au sud de Toulouse, en Haute-Garonne.


Voici l'endroit où on peut traverser la Garonne en bac. Mais cela dépend du fleuve. Il était trop haut le jour de notre visite.


Comme tous les villages de la région, Portet est bâti en briques rouges, parfois complétées par des rangées de galets pris dans la Garonne. La pluie accentuait la couleur rouge lorsque j'ai fait les photos.

l'édifice le plus ancien du village est l'église Saint-Martin. Elle a été construite au XIVe siècle,  endommagée durant la guerre de Cent ans puis restaurée au XVIe siècle. Les parties les plus anciennes sont le clocher-mur et le portail.

 


Si l'un d'entre vous peut m'expliquer ce qu'est "l'appendice" sur le côté du clocher, je l'en remercie.


L'église était ouverte. Mais le choeur est protégé par un système de sécurité. Il y a de beaux vitraux, mais étroits, et l'édifice est assez. L'autel est en marbre noir, rose et gris.


Le tableau au centre du rétable représente la mort de Sainte-Claire d'Assise. Tout le rétable provient d'un couvent toulousain de Clarisses, rétable déplacé 
 durant la Révolution à  Portet pour être protégé.

                                                                                                                                               Photo Wikipedia

Tout près de l'église se trouve un autre bâtiment historique, le château de Portet. Datant du XVIIe siècle, il appartenait à un avocat, membre du Parlement, Maître Belly. Demeure assez simple au départ, la bâtisse a été complétée au fil des siècles par des tours et tourelles. Il est toujours entouré d'un immense parc et abrite désormais des services municipaux et culturels.




Comme dans tout village, il y a la halle centrale.



L'ancienne école dez filles est devenue une médiathèque.



J'ai beaucoup apprécié, en plein coeur du village, le jardin partagé.






Pour "24 heures, Photo" , qui fait un coucou à tous ceux qui la connaissent depuis si longtemps, mais aussi à mes deux nouvelles abonnées? Miminette, la chatte de la copropriété. Plus de 20 ans désormais et toujours bon pied et assez bon oeil.



Elle est encore plus en forme qu'à Noël, son petit GPS autour du cou. Je n'ai jamais vu une chatte ayant un aussi bon ange gardien. Certes, elle est désormais chouchoutée par une jeune vétérinaire qui habite dans l'immeuble. Mais elle continue à se balader quand elle le veut dans la rue. Celle-ci est passée en


  Mais tout de même! Fais bien attention, Miminette!


 

samedi 4 mai 2024

24 Heures, Photo

 Pour célébrer le retour de notre challenge du samedi chez Patricia, voici ma participation de la semaine à "24 Heures, Photo". Je n'ai pas triché, c'est bien une photo prise en début de semaine à Porto Rafti.

 
                                                                                                   

                     Oui, demain c'est bien Pâques! En Grèce et dans tous les pays où la religion majoritaire est l'orthodoxie.Vous voyez que nos pâtissiers vendent aussi du chocolat à l'occasion de cette fête. Même si ce n'est pas du tout une tradition. La tradition ce sont les oeufs colorés en rouge et la brioche dite "tsouréki".

                                                                                             Photo internet

Le seul petit "problème", c'est que nous sommes à Toulouse depuis jeudi. Donc bien peu nombreux sont ceux pour qui c'est Pâques demain!! Alors nous avons pris dans notre valise de quoi nous régaler, comme si nous étions à Porto Rafti.

Cette année nous n'avons donc à chaque fois pas été  dans le bon pays pour fêter Pâques. 
Pareil pour le 1er Mai! Arrivés à Toulouse le 2 mai, nous n'avons pas eu de muguet. Mais nous n'avons pas davantage profité de la couronne de fleurs que l'on accroche à sa porte ce jour là selon la tradition!
Le 1er Mai tombant le mercredi saint cette année, le gouvernement a décidé de le "reporter" au... mardi 7 mai, qui sera donc férié cette année.
Le 8, tout le monde retourne enfin au travail ou à l'école. pas de jour férié pour commémorer la victoire des alliés.    
L'Europe a encore des progrès à faire pour ... s'harmoniser!


 
    

samedi 27 avril 2024

Syros - Temples et mausolées

 Nous nous sommes promenés dans un billet précédent à Ano Syros, le village médiéval et catholique de Syros.  La population vivait alors sur les hauteurs et était sous la dépendance de Venise. Quand l'occupation ottomane s'installa en Grèce, Syros ne fut guère impactée, elle conserva sa liberté de culte et fut protégée par la France. Des communautés de capucins et de jésuites s'installèrent sur l'île.
C'est à partir de la guerre de libération de la Grèce (1821 et années suivantes) que Syros changea de visage. De nombreux Grecs persécutés sur d'autres îles vinrent trouver refuge à Syros. La ville d'Ermopouli se construisit en bord de mer, le nombre d'habitants augmenta, l'activité maritime et industrielle se développa et l'orthodoxie devint la religion majoritaire.

Sur la colline située face à Ano Syros et à la cathédrale catholique,  les nouveaux habitants construisirent  la cathédrale orthodoxe d'Ermopouli à compter de 1874. Elle fut inaugurée en  1908.






          

Nous ne verrons pas l'intérieur de la Cathédrale, hélas fermée. On s'est consolés avec la belle vue sur Ermopouli.

Avec aussi une belle vue plongeante sur la troisième église la plus importante de Syros,  fermée elle aussi. Mais au moins y avait-il une raison. Des ouvriers ponçaient le marbre des escaliers.  Cette église est dédiée à Saint-Nicolas, le saint patron de l'île.


Voici cette église vue de face et de dos.



La seule église que nous avons trouvée ouverte fut celle du cimetière orthodoxe d'Ermopouli. Nous y avons vu un adorable paroissien.


Le cimetière voisin méritait la visite. Il fait partie de la Route des cimetières européens , définie par le Conseil européen.


Il y a une section du cimetière prévue pour les mausolées érigés par les familles les plus riches de l'île à compter de la seconde moitié du XIXe siècle.







Il faisait chaud ce dimanche "entre les pins, entre les tombes" et c'est au milieu des plus simples que ce chat avait trouvé son petit coin d'ombre pour échapper à "Midi le juste".