samedi 23 juin 2018

L'autre Mykonos et "24 Heures Photo"


Nous reviendrons dans un prochain billet à Mykonos-ville, pour admirer son fameux coucher de soleil, mais je veux aujourd'hui montrer à quoi ressemble le reste de cette île.

Sa première caractéristique est d'être de taille vraiment très modeste, 10km x 10km environ en ligne droite. 


Elle serait donc vite parcourue si la circulation n'était pas ralentie par des routes sinueuses, le paysage étant vallonné, et surtout très étroites.  Il faut assez souvent s'arrêter sur le bas côté pour laisser passer le véhicule arrivant en sens inverse. On a l'impression que la largeur des voies est la même depuis l'époque où ce sont les mulets et les ânes qui se croisaient.
La côte est également bien découpée et les plages nombreuses. Mais cela n'en reste pas moins une toute petite île.
Ainsi qu'une île très aride.

Voici le paysage typique de Mykonos. Loin de celui des cartes postales, non? Mais tout aussi attachant, même si y vivre doit être parfois difficile.



L'habitat est très dispersé, il y a d'innombrables chapelles et  la végétation la plupart du temps se limite à la proximité immédiate des maisons. Il y a très peu de cultures et les quelques chèvres rencontrées savaient se contenter de peu.


Les maisons peuvent être modestes ou laisser au contraire deviner un intérieur plus opulent, mais le principe de base est toujours le même.


Certaines maisons sont isolées, d'autres forment de petits lotissements.





J'ai un faible pour cette belle villa en pierre et sa chapelle privée. Mais elle n'est sûrement pas du tout dans mes moyens.



A 8 km de la capitale, on trouve l'autre "ville" de Mykonos, Ano Mera, un bourg de 1500 habitants, 
qui a droit lui aussi à ses visites touristiques, mais en nombre plus limitées.

 Les visiteurs y viennent pour son monastère, sa belle église du XVIè siècle  et son campanile en marbre de Tinos.
Ils sont situés au coeur du village, à côté de la grande place bordée de tavernes et d'un magasin de souvenirs.



















A l'intérieur de l'église il y avait de merveilleux bouquets de lys blancs et odorants comme je les adore!



Si vous regardez attentivement la photo, vous verrez qu'Ano Mera a aussi deux anciens moulins, malheureusement non restaurés.






Mykonos a un atout que n'ont pas d'autres Cyclades, c'est le nombre de ses plages et leur qualité.
De grandes et belles plages de sable et de belles eaux bleues et turquoises.
Certaines plages sont équipées et payantes si l'on utilise les équipements. Mais rien n'empêche de s'asseoir hors de la zone aménagée.
D'autres plages sont complètement non aménagées. Il en existe sans doute qui sont soumises à un droit d'entrée, mais nous ne les avons pas rencontrées. Car, même en trois jours, nous sommes loin d'avoir visité toutes les plages de l'île.

Voici la plage aménagée d'Elia où j'ai attrapé un bon coup de soleil





Toujours faire de la pub pour sa propre île, non mais!!!



Nous sommes aussi allés nous baigner sur la plage d'Ornos, le village où se trouvait notre hôtel.





Il y a des plages semi-aménagées comme à Panormos. Là, nous nous sommes contentés de regarder les autres se baigner tout en déjeunant.



Pour notre dernier bain à Mykonos, nous voulions une plage "sauvage". Un peu comme celles-ci.





Finalement nous avons opté pour celle-là, à Fokos, dans la baie de Myrsinis







Pour terminer ce billet, une photo pour le challenge du samedi chez Patricia.
Je n'ai pas eu à aller bien loin cette semaine. J'ai photographié le kumquat  en pot qui accueille nos visiteurs.
Comme pour tous les agrumes, il a encore des fruits quand arrive la nouvelle floraison.









samedi 16 juin 2018

Chats de Mykonos


Nous avons passé trois jours cette semaine dans la plus "renommée" des Cyclades (même si Santorin est aussi extrêmement populaire), Mykonos.
 Je vous parlerai de cette balade un peu plus en détails. Mais avant tout, la photo pour le challenge de Patricia qui nous réunit le samedi.

Comme toute île grecque, Mykonos a ses chats. J'en ai vu deux qui m'ont fait sourire et craquer. Tous les deux avaient trouvé la bonne position pour bien voir les allers et venues des touristes. L'un était sur le balcon de sa maison et l'autre à la fenêtre de son bar! Tous les deux en rez-de-chaussée surélevé.



Pourquoi avoir choisi Mykonos pour passer quelques jours dans les Cyclades avant que l'été ne commence? Car la jet set et la "branchitude" ne font pas partie de nos critères de choix.
Tout bonnement parce que le billet d'avion pour cette île était le moins cher!!  Peut-être parce qu'il y a plusieurs vols par jour et qu'il faut rentabiliser la flotte d'A320.

Mykonos est au nord des Cyclades, à 20mn d'Athènes en avion.



Nous y sommes arrivés très tôt, par le premier vol.



L'aéroport n'a rien de bling bling, pas même une boutique de souvenirs. On descend sur le tarmac et on rejoint le bâtiment à pied.  Mais, "célébrité oblige", des avions du monde entier s'y posent. J'en ai vu un de la  Qatar Airways.

La navette de notre hôtel nous attendait et nous avons rejoint le village d'Ornos, complètement au sud.



Mykonos est une île de taille très modeste, 105 km² seulement. Elle compte environ 10 000 résidents permanents, qui vivent principalement dans la capitale, Mykonos ville ou Chora.

Nous avions choisi notre hôtel en fonction de sa localisation et du prix des chambres (à partir de 90€, ce qui est très raisonnable pour Mykonos), en nous fiant aux commentaires lus sur internet.
Nous n'avons pas été du tout déçus. Nous étions au Casa Bianca. La propriétaire a été d'une grande gentillesse. Notre chambre n'était bien sûr pas libre à 7 heures. On nous a donc proposé une chambre plus petite, juste pour nous y reposer un peu en attendant que notre chambre soit prête. 


Deux heures plus tard, en pleine forme,  nous sommes allés prendre notre petit déjeuner avant de partir à l'aventure. Petit déjeuner qu'il n'a pas été question de payer au moment de notre départ. Un comportement vraiment exceptionnel de la part d'un hôtel.






Notre première visite fut bien sûr pour Chora. Il faut bien commencer par les lieux que montrent les cartes postales avant de découvrir un peu mieux le reste de l'île.

La ville de Chora est bâtie selon l'architecture traditionnelle des Cyclades. Des maisons à un étage, des murs blancs, des volets rouges, bleus ou verts. Les dalles grises du sol font ressortir le blanc des murs.






Beaucoup de magasins de souvenirs bien sûr. Quelques boutiques de luxe aussi. 













Le "Quenn" est réputé le bar le plus "branché" de Mykonos ville. Le champagne et les cocktails sont hors de prix. Mais c'est un endroit tout petit et qui ne paye vraiment pas de mine.

Mykonos a su se faire une réputation sans que rien ne paraisse à l'extérieur. Partout l'architecture a su rester traditionnelle et "modeste".
Pas de grands complexes hôteliers ou de villas tape à l'oeil. Le bling bling, la fiesta ne s'étalent pas.


Le plus grand "fléau" de Mykonos à mon goût, ce sont les énormes bateaux de croisière qui, comme à Santorin ou à Venise, déversent leurs milliers de touristes d'un seul coup. Heureusement ce n'est que pour quelques heures et ils restent "prisonniers" de Mykonos ville!
Mais les deux lieux emblématiques que sont les moulins et la Petite Venise sont un peu gâchés par la foule.









Que les croisières se soient démocratisées et que le plus grand nombre puisse voir de beaux endroits, pourquoi pas?  
Mais c'est la taille de ces bateaux, le nombre des passagers -plus nombreux que celles des habitants des lieux visités- qui sont en cause.

Mais finalement il suffit de lever les yeux et l'on est seul avec le bleu du ciel et les ailes des moulins! Ils ont perdu leurs voiles blanches mais cela reste émouvant de les imaginer broyant les céréales du XVIe siècle au début du XXe.


A bientôt pour la suite de la visite de l'île de Mykonos.