samedi 21 mai 2022

Balade à Nauplie

 La semaine dernière nous avons profité de l'arrivée de l'été pour une petite parenthèse à 2 heures de Porto Rafti, à Nauplie, l'une des plus jolies villes de Grèce. Nous n'avions jamais résidé au coeur du centre historique et piétonnier, dans une des maisons de style néo-classique réhabilitées en petits hôtels. Comme il s'agit de maisons de particuliers à la base, les chambres ne sont pas bien grandes mais bien suffisantes. L'hôtel Adianti est dans la maison aux volets verts. 



Adianti était le nom d'une des Danaïdes, ces jeunes femmes condamnées par les dieux à remplir éternellement un tonneau percé  car elles avaient  tué leur époux la nuit de leurs noces. Sauf une, qui fut la mère de Nafplios, le fondateur de Nauplie selon la mythologie. Il faut dire que cette union était avec le dieu de la mer en personne, Poséidon.

Notre chambre était au premier étage, celle avec  le petit balcon et les persiennes du bas entrouvertes.


Ce système d'ouverture des volets est bien pratique et le seul moyen d'éviter les regards de ceux qui vivent en face, juste à quelques mètres. Les tables dans la rue sont celles du petit-déjeuner. 


Les chambres ont opté pour un style "récup'" mais la salle de bain très moderne.


Le port est au bout de la rue, à 50m. Les restaurants voisins installent leurs terrasses tout le long de la rue. Mais le double vitrage protège du bruit des conversations.



Tout le centre historique de la ville est réservé aux piétons. Il se parcourt facilement, n'étant pas immense.





Le port et les quais sont à quelques pas et offrent une belle lumière en fin d'après-midi.







Comme je dis toujours, faute d'avoir le bateau (le "Thalassa", le bien nommé ici), je me contenterais déjà de l'annexe! 

Quand le fortin du Bourtzi n'est plus qu'une silhouette, il est temps de penser à notre soirée. Et de vous laisser respirer! D'autres photos pour un prochain billet!



samedi 14 mai 2022

Challenge

 Le beau temps et la fin des restrictions sanitaires (sauf le port du masque  toujours obligatoire pour l'instant en intérieur), nous ont fait sortir de notre coquille.  Certes le prix de l'essence est très élevé, partout à plus de 2€, le prix des denrées alimentaires grimpe et la facture d'électricité aussi, mais il faut bien profiter un peu du printemps, combattre ce sentiment d'impuissance et d'incompréhension qui est le nôtre, du moins le mien. 

Cette semaine nous sommes retournés nous balader dans notre cher Péloponnèse et je montrerai quelques photos très vite. 

Mais voici ma participation pour "24 Heures, Photo".  N'est-il pas mignon mon petit sac trouvé dans un magasin de souvenirs à Nauplie? Très grec avec sa chouette, symbole de la déesse Athéna, et de taille parfaite pour y mettre un petit APN, le téléphone, les papiers d'identité... J'aime ses couleurs vitaminées et comme je m'habille assez souvent avec des couleurs sombres, cela fait une belle touche de couleur dans mon dos!!




L'arrière est encore plus printannier...




J'aurais presqu'été tentée par un sac encore plus coloré, avec une drôle de bête dessus, un éléphant à écailles?


Mais avec lui j'aurais attiré tous les regards! A réserver à des plus jeunes. Dommage, il était mignon lui aussi!!

Je vous laisse avec mon petit bouquet de la semaine. Quand je vois que des fleurs commencent à faner dans les jardinières, j'en cueille quelques une pour en profiter à l'intérieur. La fleur blanche est la première de notre épiphyllum corse. L'année dernière il n'avait fait qu'une seule grosse fleur. Cette année la floraison promet d'être magnifique.


 

samedi 30 avril 2022

 Dimanche dernier c'était donc Pâques pour tous les orthodoxes. En Grèce, cela faisait deux ans que cette fête n'avait pas pu être célébrée pour cause de confinement, en 2020 et 2021. Alors cette année, même si le pass sanitaire ne sera supprimé que le 2 mai, il faisait bon revenir aux traditions.

Je vous ai montré celle des oeufs rouges la semaine dernière. Une autre tradition est celle de l'agneau ou du chevreau à la broche. Nous n'avons pas de jardin et nous sommes une toute petite famille, donc pas de petit animal rôti chez nous. J'aime autant à dire vrai. Mais jeter un petit coup d'oeil curieux chez les voisins, je ne dis pas non ah, ah!

La tradition à laquelle je cède volontiers est celle du tsouréki,  sorte de pain sucré, proche de la brioche. On en trouve bien sûr dans toutes les pâtisseries et beaucoup de boulangeries. Mais il contient généralement une épice tirée du noyau de la cerise noire, le mahaleb.  Je n'aime pas vraiment son goût. Alors Achilleas nous a confectionné des tsourékis maison, sans mahaleb.


Il a fait très beau tout le week-end pascal et la météo continue à être idéale. Du soleil et 25°. Cela devrait être ainsi toute l'année! Dans les jardinières tout pousse. Même les fourmis. Nous ne savons plus que faire pour les persuader en douceur de se déplacer chez les voisins! Vous les voyez ces coquines sur les boutons de l'épiphyllum ou sur les hibiscus?



Mais la fleur la plus belle de la semaine, qui mérite d'être à l'honneur pour "24 Heures, Photo", c'est notre amaryllis. Il est en place depuis au moins trois ans et à chaque printemps il refleurit plus beau que l'année précédente. Il a quatre fleurs énormes, rouges tirant vers le bordeau. La seconde tige prépare ses fleurs.



Voici un nouveau week-end festif qui nous attend, celui du 1er Mai. Profitez en bien!



samedi 23 avril 2022

Bis repetita et "24 Heures, Photo"

 Pâques c'est demain! Il n'y a pas que pour les élections qu'existent deux tours quand on se partage entre deux pays. 

La semaine dernière je vous ai montré notre bel oeuf bleu en chocolat. Ce samedi je vous présente nos oeufs rouges, indissociables de la fête de Pâques en Grèce. Les oeufs offerts en cadeau et consommés au printemps, c'est une tradition qui remonte à l'Antiquité. Chaque civilisation, chaque religion l'a reprise et adaptée à ses propres croyances. Mais l'idée du renouveau de la vie est toujours présente.

En Grèce on décore les oeufs en rouge pour rappeler le sang du Christ mais aussi sa résurection. Colorer les oeufs se fait généralement le Jeudi saint. Comme ces oeufs ne sont pas décoratifs mais seront mangés à Pâques, il faut les teindre avec un colorant naturel ou alimentaire. L'opération est plus facile sur des coquilles blanches. Nous voilà donc partis jeudi matin pour acheter des oeufs bien blancs. Mais que trouvons nous tout à côté!!


Ce sera ma photo pour "24 Heures, Photo" et aussi ma "honte" de la semaine. Ma main est allée toute seule vers les oeufs déjà si bien colorés et brillants!!
Il est écrit sur la pancarte "Nous vous souhaitons une belle résurrection ainsi que la santé".


Les fleurs commencent à bien décorer le balcon et j'en ai cueilli quelques unes pour la maison. Elles plaisent bien à Doudou-chat qui est tout le temps en "mode découverte". Il est vrai qu'il aura un an seulement en juillet. 


Par contre il n'a pas le droit de jouer avec mes amigurumis de Pâques. Pourtant des petits jouets parfaits pour chat. Peut-être un peu plus tard. Je lui ferai une petite souris au crochet.


Je vous souhaite à toutes et tous une belle fin de semaine, qu'elle soit de Pâques ou non. Je vous offre la première rose de mon nouveau rosier.




samedi 16 avril 2022

Pâques 2022

 Les week-ends festifs vont s'enchaîner 😃! Demain et lundi célébration de la Pâque catholique, la semaine suivante celle de la Pâque orthodoxe et enfin le 1er Mai avec son muguet ou ses couronnes de fleurs. 

Comme en France Pâques rime souvent avec chocolat, je n'ai pas voulu manquer à la tradition. Rien de plus facile. Nous avons un excellent pâtissier à Porto Rafti qui devient aussi chocolatier pour les grandes occasions.

Cette année nous avons préféré l'oeuf à la poule ou au lapin. Mais un oeuf de Pâques un peu moins "traditionnel". Un oeuf bleu comme notre ciel.


Il sera ma participation au challenge de "24 Heures, Photo". Pour savoir ce qu'ont choisi les autres participants, c'est ici, chez notre amie Patricia.


Je vous souhaite plein de soleil, d'heureux moments avec vos proches et une chasse aux oeufs pour les plus petits!


samedi 9 avril 2022

 Je sais que beaucoup d'entre vous ont eu des conditions météorologiques difficiles  ces derniers jours, le retour de la neige et du froid. Je veux juste espérer que les jardins et surtout les arbres fruitiers n'ont pas trop souffert. J'ai donc honte de dire que nous avons eu une semaine presqu'estivale. Nous avons pu retrouver le chemin de notre plage, à Avlaki, et y faire bronzette. Pas de problème pour être en maillot mais la mer est encore trop froide à mon goût pour la baignade.  



La plage se prépare à redevir privée le 1er mai et jusqu'en octobre. Souhaitons que les abonnements n'augmentent pas trop!!

La réception fait peau neuve.


Peu à peu les piquets retrouvent un à un leur chapeau de paille.

Mais, pour l'instant, je préfère le soleil et m'asseoir sous ce tamaris qui commence seulement à mettre ses nouvelles feuilles.


La seconde vague de fleurs des champs a aussi fait son apparition et les coquelicots commencent à remplacer les anémones.



Ce très beau temps signifie aussi qu'il faut penser à nettoyer les jardinières sur le balcon et sur la terrasse. Cette année il y a eu pas mal de dégâts sur les plantes comme les ficus (caoutchouc ou benjamina), les petits palmiers ou les scheffleras. Ces plantes peuvent vivre en extérieur en Grèce mais cette année la terrasse a été trop ventée. 
Pour qu'Ynouk et Doudou puissent être avec nous mais sans risquer de passer par dessus bord, ils ont donc cette grande cage pour nous regarder jardiner.

Les deux frères seront ma participation de la semaine pour "24 Heures, Photo". Ils s'entendent toujours aussi bien et comme ils ont atteint leur taille adulte, nous avons un peu tendance à oublier que ce sont encore des "bébés". Ynouk, le gris, a 18 mois et Doudou, le roux, 9. Mais qui est le "lieder" pour les bêtises et les câlins, Doudou bien sûr. Son frère a une patience infinie avec lui!




samedi 2 avril 2022

Kératéa et "24 Heures, Photo"

 Le week-end dernier nous avons fait une nouvelle balade dans notre arrière-pays. Après le moment douloureux du passage à la station service,


nous avons été jeter un petit coup d'oeil à la petite ville de  Kératéa  (15 000 habitants) et à sa majestueuse église dédiée à Saint-Georges. Ce n'est pas la seule église de la ville mais c'est la plus moderne , bâtie dans les années '90.
Elle était fermée mais nous y retournerons. 

                                                                                                                      Photo Internet

Puis nous nous sommes un peu attardés dans les petites rues de ce quartier.


                 Pas beaucoup d'immeubles mais beaucoup de maisons individuelles. Chacune bâtie au goût de son propriétaire. Les premiers temps en Grèce,  ce manque de normes "esthétiques" me semblait un peu bizarre. Voici, par exemple,  deux maisons qui se font face. 



La poule sur un mur (si, si regardez bien) face à la Vénus de Milo! Ce sera la poule que je mettrai à l'honneur pour "24 Heures, Photo". Une poulette qui a affronté les caprices de la météo et en a perdu sa crête! Mais peut-être est-ce une race sans crête, je ne suis pas vraiment spécialiste en poules.



Laissant derrière nous  Kératéa et sa plaine, nous avons pris le chemin des collines environnantes pour admirer l'avancée du printemps. Certains arbres sont encore en fleurs alors que d'autres sont déjà au stade des feuilles.



En pleine nature, une église byzantine toute petite et son campanile  se trouvent sur notre chemin. C'est l'une des plus anciennes églises de Kératéa, dédiée à Saint-Jean-le-Théologien. On pense qu'elle date du XVème siècle.



Tout près de cette chapelle, séparée juste par un mur aux fresques modernes, se trouve une autre église dont je n'ai pas réussi à trouver le nom, et une sorte de presbytère.




La maison que j'appelle presbytère m'a semblé un peu à l'abandon. Il y avait pourtant deux voitures à proximité. Dans l'une un petit chien a attiré mon attention et  j'ai commencé à lui faire la conversation, en français. Trente secondes après, alors qu'Akilléas me rejoignait, un moine est sorti de la maison. Il nous salue  nous demande si nous sommes grecs. Je laisse Akilléas répondre "oui" et le moine nous dit: " Oh, excusez moi, je croyais avoir entendu parler français". J'ai donc "avoué" car de toute façon, après ma première phrase en grec, il aurait reconnu mon accent ah, ah! Très contente de pouvoir parler ma langue maternelle, j'ai commencé à l'interroger à mon tour dans "la langue de Molière", comme on dit ici. Malgré ses dénégations, ce moine parle un français parfait et sans accent, ce qui est rarissime. Il aurait souhaité nous offrir un café mais avait déjà des visiteurs. Il nous a donné son numéro de portable pour que nous revenions une autre fois et a été très accueillant. 


Non seulement ce moine avait une connaissance parfaite de notre langue mais aussi de notre pays. 
On fait de drôles de rencontres près de Porto Rafti!